C’est presque la fin du programme pour Laïka et quel changement de comportement !

Laïka a été prise en charge le 6 mars dernier pour agressivité (chienne à tendance « hyper », proactive avec agressions de distancement).
Elle a été maltraitée, dénutrie, abandonnée sur la voie publique. Adoptée par Anne malgré ce désordre comportemental, Laïka a démarré avec moi une thérapie de longue haleine.
A l’étude de comportement, Laïka charge et attaque tous les humains, sauf sa famille d’adoption.

Au cours 1 :

  • Impossible pour moi d’approcher Laïka (elle m’empêche d’approcher).
  • Impossible évidemment de la libérer.
  • Impossible de la tenir en longe car ses réactions sont imprévisibles (elle sursaute beaucoup et hyper-réagit aux stimuli de son environnement).
  • Tout inconnu qui passe provoque sa colère.

Aujourd’hui, Anne et moi avons filmé ses progrès au terme d’un programme régulier au clicker (2 à 3 fois par semaine) et des séances d’entraînements quotidiennes avec Anne pour la détourner de ses agressions.

Il fallait pour cela savoir ce qu’elle aime faire.

Nous avons peu à peu découvert Laïka et progressivement, elle a repris confiance en nous. Le but n’était pas de rendre Laïka moins agressive mais d’abord de lui donner de l’activité pour diminuer sa colère et ses agressions.

Nous avons ensuite utilisé ses motivations pour la réorienter et surtout, nous lui avons rendu le respect et la confiance auxquels elle a droit sans aucune méthode coercitive, sans médication.

Aujourd’hui vous la voyez libérée. Elle ne s’intéresse plus aux personnes qui passent. Les photos et vidéos parlent d’elles-mêmes. Laïka les voit mais reste détournée d’elles. Elle écoute son clicker, elle est réorientée par son humaine d’attachement sur des activités qu’elle adore : poursuivre, mastiquer, nager…

Durant ce programme, il a fallu faire preuve de beaucoup de patience, d’indulgence et surtout de positivisme. Dans un cadre comme celui-ci, avec la prise en compte de l’éthologie canine, l’utilisation d’un clicker et l’absence totale de rapport de force, la colère de Laïka s’est peu à peu transformée en joie et cette énergie a été orientée sur des activités saines.

Son entourage répète à Anne « on ne dirait plus le même chien ! « . En fait si. On ne change pas un chien, mais il est possible de modifier ses comportements. Derrière cet état hyper agressif, derrière cette colère contre l’homme, s’est toujours cachée Laïka.

Nous l’avons juste convaincue de se montrer.

Audrey Ventura
Comportementaliste thérapeute
Educatrice
CYNOCONSULT
06 81 06 55 99

 

 

Leave a Reply