Et si en fait le chien était plus « complexe » ?

Il est dans la nature humaine d’évoluer dans des rapports de dominance, de soumission, d’intimidation… Ce comportement se retrouve malheureusement souvent dans les rapports que nous établissons avec notre chien, et ceci dès qu’il est chiot. J’entends souvent les adoptants se plaindre que leur chien veut prendre le dessus sur eux ou qu’il n’est pas assez « soumis ». A l’opposé parfois, je suis souvent attristée d’entendre les humains affirmer fièrement que leur bébé-chien est « dominant » et pas « dominé ».

Comment vous dire que c’est une bien mauvaise manière de démarrer la relation avec votre chien ?

Un chien n’est pas juste un être soumis ou dominateur. Cataloguer le chien de cette manière revient à éluder une grande partie de sa personnalité et du coup, à ne pas voir ce qu’il est capable de vous donner de meilleur. De la même manière, le rapport qui existe entre le chien et l’homme ne doit pas se réduire à un lien de subordination. Et c’est pourquoi je préfère en général parler d’humain d’attachement plutôt que de maître.

Et si l’humain d’attachement remplaçait le « maître » ?

Le chien est un animal intelligent qui s’attachera à l’humain qui lui apportera le plus de satisfaction. Si vous devenez pour votre chien l’humain le plus agréable, l’être qui l’intéresse plus que tout autre pour de bonnes raisons, alors vous établirez entre lui et vous un attachement indéfectible. Je parle du type de lien qui fait rêver tous les humains, le rapport qui amène le chien à vous suivre naturellement en toutes circonstances, à préférer vous écouter plutôt que de suivre le premier étranger qui l’appelle, cette relation qui exhorte un chien qui n’a jamais été entraîné à défendre son humain en danger.

Tout le secret est là et c’est sur cette relation que je travaille en priorité. Votre chien n’a pas besoin d’un maître mais d’un guide, d’un coach, d’un gardien, d’une personne bienveillante qui sache donner un sens à sa vie.

Rappelez-vous que le chien a perdu toute capacité d’autodétermination à cause de la domestication. Il est incapable de se donner seul de l’activité et lorsqu’il tente de se divertir lui-même… il fait des bêtises. Je travaille donc pour rendre de l’autonomie au chien domestique (dont l’éthologie est identique à celle du coyote, du chacal, du dingo…). Commençons donc par ne pas le traître en esclave.

L’observation du rapport qui existe entre l’homme et son chien est ma première clef pour améliorer ses troubles du comportement. Toutes les leçons d’éducation, même dispensées par le meilleur éducateur canin du monde, ne valent rien si la relation entre le chien et son humain est mauvaise. Cela s’appelle le lien. Et ce lien n’existe pas sans créer « l’humain d’attachement ».

Je vous conseille pour poursuivre sur ce sujet (qui est la clef d’une éducation saine) d’écouter pourquoi je réfute totalement la théorie de la dominance : https://goo.gl/mBkUEd

AUDREY VENTURA
COMPORTEMENTALISTE THÉRAPEUTE
ÉDUCATRICE CANIN
VALENCIENNES
06 81 06 55 99

Leave a Reply